Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Le Deal du moment :
Mangas Kazé : 2 achetés = 1 manga offert
Voir le deal

Arrax
Arrax
Admin

Voir le profil de l'utilisateur https://rise-of-valyria.forumactif.com

Ambassadeurs et ÉtrangersSeigneurs et nobles Dames venus de loin, ils n'en restent pas moins l'une des facettes de Valyria
Il serait malvenu de songer que Valyria est la seule puissance à prendre en compte en Essos. Car, de part le monde, une multitude de peuples se mêlent et s’entremêlent, discutent affaires ou se font la guerre. Ghiscaris vaincus, Rhoynars prudents, Sarnores intrigants ou encore Andals venus des confins du monde, tous et toutes se sont installés à Valyria avec un but en tête : celui de protéger et de faire triompher les intérêts de leurs terres d’origine.

Du moins, c’est ainsi que les choses pourraient se présenter. Car ces hommes et ces femmes venus des terres alliées, ou ennemies, pourraient tout à fait mener leur barque d’une autre de manière. Ne sont-ils pas humains avant d’être ambassadeurs ou simples étrangers en visite sur ces terres si particulières ?

Les personnages :

Amaya Huzhor, feat. Aiysha Hart - Libre
Garin Rosayan, feat. Pedro Pascal - Libre
Vastraya Amasis, feat. Angela Bassett - Libre
Malthar Xoraq, feat. Idris Elba - Libre
Khyzai Skazadhan, feat. Mahesh Jadu - Libre
Lisseine Marssei, feat. Ashley Madekwe - Libre
Ashina Kuwa, feat. Zhu Zhu - Libre


Arrax
Arrax
Admin

Voir le profil de l'utilisateur https://rise-of-valyria.forumactif.com
Disclaimer :


Ce personnage est lié à des intrigues profondes et secrètes. Si vous envisagez de le jouer, prenez contact sans tarder avec le staff via le compte @Arrax ou en sonnant un administrateur sur le Discord  What a Face


Amaya Huzhorft. Aiysha Hart
Situation actuelle du personnage :Amaya est une princesse, fille d'un roi puissant et issue d'un royaume sans pareil, elle le porte en étendard et ne compte pas laisser les valyriens l'oublier. Elle est accueillie comme ambassadrice, mais nombreux sont ceux qui s'agacent devant ses prétentions de princesse dans une société où nul ne reconnait de roi.
Titres : Princesse de la ville de Kasath, nièce du Haut-Roi de Sarnor par Son nom le plus lumineux, grâce de Kasath, guerrière au char d'or, fille du soleil
Âge : 31 ans
Lieu de naissance : Kasath, Royaume de Sarnor
Situation maritale : Veuve, promise au prince héritier de Mardosh
Statut du sang : Puissant (royal Sarnor)
Groupe : Etrangers
Caractère :
Volcanique • Méfiante envers les hommes • Capricieuse • Faussement précieuse • Déterminée • Combattive • Traumatisée • En manque d'affection • Impulsive • Excellente musicienne • Fière • Tendre

Crédits gif & avatar : Droits réservés (avatar, gifs)

Amaya Huzhor, par Son nom le plus lumineux, grâce de Kasath, guerrière au char d'or, fille du soleil. Nombreux sont les titres glorieux apposés au nom d'Amaya tant sa personne est célèbre et révérée par les Sarnors. Il faut dire que la jeune femme est le mélange parfait de l'Amazone et de la princesse. Née dans le palais du roi de Kasath, la "Ville des caravanes", elle a grandit dans l'opulence et la richesse de cette cité marchande prospère. Son père, roi de Kasath, est considéré comme l'un des rois les plus influents auprès du Haut-Roi, et à juste titre... il avait épousé sa soeur jumelle, un honneur auquel tant d'hommes avaient prétendu. Amaya, portrait craché de sa mère, bénéficia rapidement de la dévotion de son père et de son grand-père, qui l'élevaient quasiment à un rang divin.

Elle n'en était pas pour autant précieuse, car les femmes Sarnor n'étaient pas de celles qu'on laisse de côté lorsqu'il faut combattre. Courageuse et combattive, dès qu'elle eu l'âge adéquat elle appris à conduire un char et elle s'engagea aux côtés des Sarnors dans leurs ambitions d'expansion. Chaque combat ne faisait que renforcer sa gloire et l'admiration que lui portaient les grands de ce monde. Tant et si bien que, malgré sa condition de troisième fille, elle fut promise et mariée au roi de la ville de Mardosh. Cependant, le mariage fut de bien courte durée, les rumeurs d'une avancée Dothraki vers Mardosh poussa la ville a envoyer une armée. Le prince en prit la tête car l'objectif n'était plus seulement de repousser les Dothraki, mais également d'élargir un peu plus le territoire du Royaume.

Fidèle à sa réputation, Amaya refusa de rester à l'arrière, et montant sur son char elle s'engagea dans les combats avec une férocité inédite. Un soir, alors que l'armée pensait s'était débarrassée des Dothraki, leur camp fut attaqué. L'attaque fut rapidement maîtrisée mais le chaos avait été réel dans les premières minutes de l'attaque. Les Dothraki avaient su où frapper. Pénétrant le camp en silence, ils ciblèrent immédiatement la tente du prince, égorgeant les gardes sans un bruit. C'est le cri d'Amaya qui lança l'alerte. Pour ce cri, elle fut punie. Plus que punie... détruite. Témoin de la décapitation de son époux, elle tenta de s'enfuir de la tente, de trouver son char et de s'élancer pour venger sa mémoire. Elle n'en eu pas le temps. Enveloppée dans la nuit alors que les combats faisaient rage au centre du camp, elle fut rattrapée par un groupe de Dothraki et violée. La pensant morte ils retournèrent rapidement au combat, où ils furent repoussés par les troupes Sarnor ayant repris leurs esprits. Pourtant, le mal était fait.

De cette nuit Amaya garde une cicatrice sur le ventre, comme pour qu'elle n'oublie jamais. Les deux soldats ayant découvert son corps ayant été réduits au silence, elle retrouvait Sarnor avec sa réputation intacte et pourtant elle ne put réprimer son dégout face aux célébrations de sa gloire. Elle ne retourna pas à Mardosh, insistant pour retrouver le palais de son père et se laver de la souillure. Elle resta ainsi de longs mois, endeuillée et traumatisée, n'osant plus sortir de sa chambre et ne participant plus à aucune célébration. Pourtant, elle était encore jeune, féconde et sa beauté n'avait nullement été altérée par les combats. La vie repris son cours pour tous.. sauf Amaya, gardienne d'un terrible secret que son père avait étouffé sans pitié pour sauvegarder son image. Elle fut promise au cousin de son défunt époux, amené à prendre place sur le trône de Mardosh. Une union qu'elle refusa obstinément longuement.

Lorsque l'occasion se présenta de renouveler l'ambassadeur de Sarnor, elle plaida auprès de son oncle afin qu'elle puisse être envoyée là-bas. Elle avait retrouvé de sa superbe et qui de mieux qu'une princesse si glorieuse pour incarner les intérêts de Sarnor auprès de son puissant voisin ? Elle avait changé depuis cette fameuse nuit, elle se drapait dans une aura princière, lui conférant un aspect hautain mais hautement respectable et respecté. Sans doute serait-elle bien plus utile pour obtenir des informations sans éveiller les soupçons, et son charme serait un atout non négligeable dans une société encore largement dirigée par les hommes.

Son caprice fut accepté, et elle dut promettre, pour son retour, d'accepter l'union qu'aurait choisi pour elle son père. Tenaillée par la haine des Dothraki et la volonté de montrer qu'elle n'est pas la femme faible dont on peut abuser sans vergogne, c'est une princesse capricieuse et impulsive qui quitta le Royaume de Sarnor. Si elle ne compte pas laisser qui que ce soit oublier son rang de princesse, elle est prête à toutes les extrémités pour défendre les intérêts de son peuple... N'était-elle pas, après tout, déjà perdue ?

Bien peu de personnes comprennent pourquoi, mais Amaya est bien présente aux côtés des Jaunes. Elle soutient très officiellement Valerion Qoherys dans sa quête de pouvoir, et est visiblement très associée à cette Lumière ambitieuse. Elle fait partie de tous les conseils, de toutes les discussions. D'aucuns soupçonnent qu'elle est l'amante du despote en puissance.

Chronologie d'Amaya Huzor depuis le Triomphe de Valyria:

 



Pistes d'évolution
֍ Attention : Amaya jouant un rôle important dans une intrigue du forum, nous vous invitons à prendre contact avec l'équipe administrative avant de vous engager dans ce personnage

I. Tout comme les Sarnor en général, la préférence d'Amaya pour les valyriens est fluctuante. Amaya pourrait se questionner sur le bien fondé du soutien à Valyria plutôt qu'à l'Empire de Ghis dans la perspective d'une prochaine guerre.

II. Amaya pourrait essayer de ne pas retourner à Sarnor afin de conserver l'indépendance à laquelle elle a gouté à Valyria. Plusieurs éventualités se présentent : négocier avec son père et son cousin pour être maintenue à son poste d'ambassadrice, compter sur le soutien financier d'un mentor si elle devait s'opposer à sa famille ou le mariage. Elle ne tient cependant pas spécialement être liée à un homme. Amaya apprend à se réapproprier son corps et sa personnalité après les événements traumatisants qu'elle a vécu. Il n'est donc pas exclu qu'elle accepte plusieurs amants dans son lit.

III. Convaincue de la nécessité de se battre pour les droits des femmes, Amaya s'est laissée convaincre par Echya Odenys que les choses devaient changer à Valyria. Elle pourrait être tentée de se battre pour l'égalité entre les hommes et les femmes aux côtés de nombreuses femmes valyriennes.


ECHYA ODENYS Soutien indéfectible Si Amaya a bien un allié à Valyria, il s'agit d'Echya. Tout d'abord en contact pour des raisons commerciales, Kasath étant une place forte du commerce du royaume de Sarnor, très vite Echya fit bénéficier de son expérience à Amaya afin de naviguer dans les eaux troubles de Valyria. La jeune Sarnor apprécie la compagnie de cette femme puissante qui ne se laisse dicter aucune action par les hommes et dirige d'une main de fer son destin. Elle aime apprendre aux côtés de cette femme et passe même au-delà des quelques oeillades qu'Echya peut lui adresser. Elle n'est pas une enfant idiote, elle voit bien l'intérêt charnel que lui porte Echya, et n'est pas le moins du monde intéressée. Pourtant, leur relation ne se limite pas à cela, car Echya n'est certes pas d'une position sociale égale à celle d'Amaya, mais elle devenue une sorte de mentor pour elle. Du côté d'Echya, la rencontre d'Amaya fut un véritable enchantement, elle ne peut nier apprécier sa beauté, mais elle voit Amaya comme... une oeuvre d'art à façonner. Ses airs de petite princesse n'impressionnent pas Echya qui en a vu bien d'autres à Valyria, elle porte un regret lucide sur elle. Amaya est un atout économique, certes, mais elle est également une âme qu'Echya se plait à fréquenter et aider... Elle ne doute pas parvenir à trouver les bons arguments pour séduire définitivement la jeune ambassadrice. Dans tous les sens du terme.  

VAERYS LYSEON   haine douloureuse   Le pauvre jeune homme n'avait pas eu à ouvrir la bouche qu'Amaya la haïssait déjà. En bonne ambassadrice elle n'en pipa mot, mais n'en pensa pas moins. Tout chez lui la ramenait à cette nuit terrible où elle crut mourir. Son assurance martiale, sa carrure démesurée, son ambition, son impulsion... Elle sait qu'il est le genre d'homme à pouvoir faire du mal à une femme. Pourtant, le jeune homme s'est mis en tête de conquérir la princesse à la peau d'or. N'était-il pas, après tout, ce qui se rapprochait le plus d'un prince ici, à Valyria ? Vaerys ne s'intéresse guère à la main de la jeune femme, qu'il sait déjà prise et dont il ne saurait que faire. Son sang ne serait jamais assez noble pour se mêler à celui des Lyseon. Pourtant il aime qu'elle le fuit. Il aime qu'elle le haïsse. La rage attire la rage dit-on, sans doute était-ce cela qui l'attirait chez elle. Lorsque l'un rencontre l'autre, on ne sait jamais trop si la conversation restera cordiale ou si le caractère de l'un ou de l'autre provoquera des étincelles.

Arrax
Arrax
Admin

Voir le profil de l'utilisateur https://rise-of-valyria.forumactif.com
Garin Rosayanft. Pedro Pascal
Situation actuelle du personnage :Ambassadeur de Chroyane auprès de Drivo, Garin est l'atout exotique que toute la bonne société Valyrienne s'arrache. Beau, cultivé et libertin, il séduit aisément. Pourtant il n'est pas aussi doux que le visage qu'il présente, derrière le masque se cache un stratège à l'affut du moindre changement dans le rapport de force entre Valyria et son ennemi Ghiscari.
Titres : Frère du Prince régnant de Chroyane, appelé "Lance d'Or"
Âge : 39 ans
Lieu de naissance : Ville de Chroyane (Principauté Rhoynar)
Situation maritale : Marié
Statut du sang : Puissant (royal Rhoynar)
Groupe : Etrangers
Caractère :
Drôle • Léger • Sarcastique • Athlétique • Maîtrisé • Confiant • Magnétique • Libertin • Tolérant • Inconséquent • Impatient • Fier • Curieux • Adaptable

Crédits gif & avatar : Gentleheart (avatar), droits réservés (gifs)

Si pour les Valyrien la civilisation, la beauté et la poésie ne peuvent se trouver ailleurs que sur la péninsule, il y a bien une autre ville qui ne peut qu'attirer l'admiration de tous : Chroyane. Garin y est né et y a vécu toute sa jeunesse, où palais d'or côtoient escaliers en marbres et obélisques de jade. Le prince est à l'image de son peuple, un homme capable de passer en une courte minute de la déclamation passionnée de poèmes à un combat sanglant et sans pitié. Garin a grandi dans le palais de la famille princière, protégé et choyé il a cependant été élevé en second fils, pas assez important pour être le centre de l'attention mais pas assez éloigné du trône pour être totalement libre de ses mouvements.

Ce n'est qu'à la naissance du deuxième enfant de son frère ainé, alors qu'il paraissait évident que la succession était assurée, que Garin entreprit de grands voyages le menant par delà ce qu'il imaginait être les limites du monde. Il découvrit la richesse des cultures entourant celles de Rhoynar, son peuple, et devint avide de découverte. Il laissait pourtant derrière lui une épouse et deux concubines, sans trop de regrets s'il devait être honnête. C'est que ces femmes étaient, certes, magnifiques, mais elles n'avaient rien de l'exotisme qu'il recherchait. Il découvrit durant ses voyages l'exotisme qu'il recherchait mais également pris le temps de connaître les langues et coutumes des territoires qu'il parcourait, souvent à cheval, accompagné de trois soldats sélectionnés tant pour leurs capacités à défendre le prince avec férocité que pour leur beauté.

Ainsi, Garin posa le pied à Valyria, ébloui par la beauté, la richesse et la grandeur de cette civilisation sans cesse survolée par des dragons majestueux. Comment résister à un tel endroit ? Habitué à la rivière et à la magie de l'eau, Garin découvrait la puissance du feu, le caractère unique des Valyriens et surtout leur beauté légendaire, à juste titre. D'un naturel fêtard et avenant, et étant prince, il ne manqua pas de se faire inviter aux banquets et célébrations de la capitale, se rendant même dans les autres villes de la péninsule pour honorer les invitations qui ne tardaient pas à pleuvoir. Satisfait de voir les liens avec Valyria renforcés, tentant évidemment de protéger l'intégrité et l'indépendance de Chroyane face au Dragon, le Prince nomma son frère ambassadeur de la ville auprès du Sénat Valyrien.

Ce rôle se révéla parfait pour l'animal social qu'était Garin. Social mais également tacticien. La guerre n'est plus et les Valyriens sont victorieux, mais pour combien de temps ? Il a beau amuser la galerie lors des fêtes, se délecter de la beauté Valyrienne et tenter d'apprivoiser le secret de leur magie, il n'en est pas moins Rhoynar, prince de Chroyane la Magnifique, et il est prêt à tout pour assurer la sauvegarde de sa ville et sa prospérité. Si cela doit impliquer d'avancer masqué entre les flammes Valyriennes et les harpies Ghiscaries... Valar Morghulis.

Garin est un homme pragmatique. Il voit Valyria déstabilisée mais sait d'expérience ce qui peut émerger de ce genre de situation. Il a informé son frère le prince qui lui a demandé de soutenir sans réserve les défenseurs d'un maintient de la République et de la paix. Il soutient très officiellement les Bleus et n'hésite pas à donner conseil s'il est sollicité.

Chronologie de Garin Rosayan depuis le Triomphe de Valyria:



Pistes d'évolution
I. Garin pourrait chercher à se rapprocher de la faction des mercantilistes au sénat. La guerre ayant donné beaucoup d'influence aux militaristes, Garin pourrait faire en sorte de participer à un pouvoir redonné aux mercantilistes. Avec pour objectif se renforcer les liens commerciaux avec les villes de la Rhoyne mais également pour essayer de désamorcer les velléités conquérantes des valyriens au profit de leur désir de richesse et de prospérité.

II. Garin a un rêve : conquérir Valyria. Mais il ne compte pas le faire par les armes. Il pourrait chercher à remplir un défi lancé lors de son départ par son frère cadet : séduire le plus de valyriennes possibles. Habitué des fêtes et homme charmant et galant, il pourrait faire en sorte d'établir un tableau de chasse prestigieux à brandir à son retour en terres Rhoynar.

III. Invité à toutes les fêtes, inclus dans les confidences de certains grands, Garin inspire la confiance. Il pourrait en profiter pour se constituer espion en plus d'ambassadeur.

FAMILLE VAELGARYS Les monstres Les dégénérés. Il ne l'écrirait nulle part et les tortures les plus créatives ne pourraient le pousser à les appeler ainsi en public, mais Garin n'en pense pas moins. Leur obsession de pureté les a menés au bord du précipice et s'ils se considèrent comme l'élite de Valyria de par leur sang, pour Garin, ils en sont la lie. Leur donjon n'en était-il pas le parfait exemple ? Un furoncle d'obscurité. Il s'arrange pour fréquenter la vieille harpie le moins possible, pourtant insatiable séducteur incapable de résister au charme des déesses Valyriennes, il préfèrerait se rompre le cou plutôt que passer une nuit avec cette sorcière. Le faiblard petit-fils lui semble plus victime de sa naissance que véritable dégénéré. Que Mère Rhoyne en soit remerciée car depuis son entrée au Conseil des Cinq, il est devenu difficile à éviter pour Garin.

FAMILLE CELLAERON Les liens de la terre Myssaria Oyan... Cellaeron. Douce Myssaria. Il n'a pas fallu qu'il visite Valyria pour que Garin fasse sa rencontre. Les deux se connaissaient depuis bien longtemps déjà car il fut un temps question qu'ils s'unissent. Garin était un jeune homme de dix sept ans et Myssaria n'avait que treize ans, pourtant ils avaient été présentés l'un à l'autre afin de les préparer à l'éventualité de cette union. Ce n'était un secret pour personne, Garin n'était guère adapté aux liens du mariage, bien qu'il soit relativement ouvert dans sa culture. Sans doute était-il trop jeune, trop idiot, mais il se contenta de rejeter la jeune fille sans plus de cérémonie. L'union resta cependant en projet de longs mois avant d'être abandonnée au profit d'une union avec Ny Sar que Garin ne pouvait plus refuser. Retrouver la belle rhoynar au bras d'un... monstre de viande libidineux, n'était pas une maigre surprise. Il se doute qu'elle ne se langui pas de le retrouver, sans doute n'a-t-elle pas pardonné ses agissements passés, mais elle est pour Garin un ilot familier dans cet océan valyrien. Et son mari organise les fêtes les plus merveilleuses... Comment donc en rester éloigné !  

FAMILLE TERGARYON   De fascinants alliés Garin n'est guère adepte des pratiques conservatrices des familles du Sud, aussi s'était-il fait rapidement son avis sur les Tergaryon. Mais c'était bien avant de séjourner auprès de la branche d'Oros pour discuter des accords commerciaux liant Oros à Chroyane. Quels spécimens intéressants ! Un père de famille élevé dans la plus pure tradition sudiste pourtant marié à une femme au caractère digne de celui des femmes de la Rhoyne. Et que dire de la fratrie ? Un ainé décédé mais de toute façon assez peu intéressant. Un deuxième fils renfrogné et militaire réfrénant des pulsions amoureuses et charnelles dont il ne mesurait pas encore la puissance, ou peut-être dont il avait peur. Une première fille ayant hérité du caractère de sa mère, à la beauté confondante. Une deuxième fille réservée, magnifique, mais dont les yeux étaient capables de vous percer à jour et vous laisser nu. Enfin un dernier fils sombre, à croire que la lumière n'était réservée qu'aux filles dans cette famille, appelé à maîtriser les mystères de la magie ! Et voilà que le père conservateur consentait à faire de sa fille son héritière, insultant sans doute par là même ses ainés déjà fous de rage ! Oh, que cette famille est divertissante !



Personnages décédés:
Arrax
Arrax
Admin

Voir le profil de l'utilisateur https://rise-of-valyria.forumactif.com
Vastraya Amasisft. Angela Bassett
Situation actuelle du personnage : Mystérieuse et impérieuse, Vastraya est arrivée à Valyria à la suite du traité de paix entre le Dragon et la Harpie pour représenter l'Empereur dans cette nouvelle phase des relations entre les deux puissances continentales. Ses rapports réguliers sont attendus avec impatience à la cour impériale et elle a la délicate tâche de ne pas apparaître uniquement comme la représentante de l'ennemi héréditaire des Valyriens.

Crédit particulier : ce personnage a été créé le 03/05/2020 par Gornoch qui a approuvé son adaptation en PV. La fiche initiale du personnage peut être consultée en suivant ce lien.
Titres : Ambassadrice de l'Empire de Ghis, dynaste de la maison Amasis, Bonté d'Astapor, surnommée La Guivre d'Astapor
Âge : 38 ans
Lieu de naissance : Astapor, empire de Ghis
Situation maritale : Veuve
Statut du sang : Inapte
Groupe : Etrangers
Caractère :
Pragmatique • Impitoyable • Aimable • Venimeuse • Insaisissable • définitivement ghiscari

Crédits gif & avatar : Droits réservés

La famille Amasis compte parmi celles au premier rang de la hiérarchie dynastique au sein du Vieil Empire. Ses ancêtres ont contribué à fonder la cité d'Astapor et ont porté le titre de Bonté depuis lors, aux côtés des autres premiers nobles de la Cité Rouge. Le surnom des Guivres d'Astapor vient de la proximité du fleuve Ver, surplombé par la demeure ancestrale des Amasis.

Proches à plus d'un titre du trône impérial ghiscari, les Amasis ont engendré nombre de concubines officielles et Vastraya elle-même envisage que son unique fille ne finisse par épouser l'Empereur, peu importe s'il s'agit de l'actuel ou du suivant. S'ils n'ont aucun problème à utiliser la force pour parvenir à leurs fins, les Amasis l'utilisent en dernier recours. Ils préfèrent faire preuve de ruse et de diplomatie pour atteindre leurs objectifs : d'aucuns disent qu'ils ont élevé la politique au rang d'art... Et Vastraya en est la plus flamboyante des représentantes.

Troisième héritière de Zoqar Amasis, portant le titre de Premier Né de la maison, et vizir à la cour impériale, Vastraya n'était pas destinée à régner. Concubine de Zoqar et originaire des Îles d'Été, la mère de Vastraya - Ninsun - avait été vendue à Zoqar en tant qu'esclave à Yunkaï. Femme déterminée et de caractère, Ninsun avait mis à profit la moindre des opportunités pour s'élever dans la hiérarchie intérieure de la famille et a pu s'extraire de sa condition. Malgré tout, elle décède jeune et Vastraya se retrouve orpheline de mère à ses huit ans.

Fortement touché par la disparition de cette femme - parmi d'autres - qu'il aimait comme aucune autre, Zoqar Amasis construisît un véritable mausolée à sa défunte épouse et prit l'éducation de Vatraya à bras le corps. Devant lutter face aux autres enfants de son père et s'imposer malgré les quolibets sur la condition de sa défunte mère et sur sa couleur de peau, Vastraya a bénéficié de la plus excellente des éducations ghiscaries. Comme sa mère, elle a lutté pour défendre sa place dans le monde et s'extraire de sa simple condition de fille de la femme préférée. A douze ans, Vastraya rejoint enfin son père - en poste à Ghis - pour venir renforcer l'appareil politique des Amasis.

Elle épouse rapidement Eikal zo Merehl, un autre vizir de la cour impériale travaillant aux côtés de son père et dix ans plus vieux que lui. Veuve à seize ans, avec trois enfants dont deux fils, Vatraya a été largement soutenue par son père pour revenir dans son giron, veillant de loin à l'éducation de sa progéniture tandis qu'elle était formée à prendre la suite des zo Merehl.

C'est à ses vingt ans que Vastraya brille pour la première fois en son nom propre. Remplaçant son père alors indisposé, elle se retrouve à faire le tour des provinces impériales pour transmettre la parole du divin souverain. Les Amasis n'étaient pas présents lors des négociations ayant abouti à la Trahison de Bhorash et ont largement suivi les comptes-rendus. Vastraya, de son côté, suivait avec une horreur consumée et une colère noire le gaspillage de vies en quoi consistait le fait à confier à des généraux de salon le sort de l'Empire. La toute première véritable guerre pour le Vieil Empire depuis des générations se soldat par un véritable désastre composé d'une multitude de défaites cuisantes et humiliantes pour un empire dont les armées avaient depuis des siècles acquis une réputation d'invincibilité.

Visionnaire pour certains, fataliste pour d'autres, Vatraya voit en la capture de Meereen, joyau de l'empire, par Valyria un avertissement incompris des élites ghiscaries annonçant la déliquescence du Vieil Empire. Profondément attachée à son pays, la Guivre d'Astapor a donc avancé ses pions pour être envoyée sauver ce qui peut l'être et assurer un sursis - et peut-être un avenir - à un empire moribond. Elle sait que pour rectifier le tir, il lui faudra de l'ambition, de l'audace et beaucoup de clairvoyance : cela tombe bien, elle en a à revendre.

Arrivant sur une terre hostile où elle est accueillie par l'exécution publique d'une dizaine de prisonniers ghiscaris de haut-rang, Vatraya se rend désormais compte que la tâche qui lui incombe est jugé impossible par la plupart de ses interlocuteurs, Valyriens comme Ghiscaris. Mais Vastraya n'est pas n'importe qui car elle est la Guivre des Amasis et la Harpie d'Astapor : le dernier atout du Vieil Empire.

Le chaos qui consume Valyria en la fin de l'année 1066 plaît moyennement à Vastraya. Elle est en difficulté car beaucoup soupçonnent l'Empereur d'avoir trempé dans le meurtre, elle est persuadée que non. Sans consignes claires de la part de son souverain, Vastraya s'escrime à soutenir les Bleus car elle ne souhaite pas la guerre pour son peuple.

Ambassadeurs et Étrangers (6/6 libres) Test13
Du crochet de la guivre coule l'or et la gloire.
- Devise et bannière des Amasis d'Astapor.

Chronologie de Vastraya Amasis depuis le Triomphe de Valyria:



Pistes d'évolution
I.Avant toute chose, Vastraya doit s'efforcer de renforcer le traité de paix qui régit actuellement les relations entre les deux empires. Ce ne sera pas tâche aisée tant les inimitiés sont encore fortes et les rancœurs tenaces. Pourtant, elle sait que le Vieil Empire a besoin de temps pour lécher ses plaies et sortir de la léthargie dans laquelle des siècles de stagnation l'ont plongé. Normaliser les relations, s'afficher aux côtés des pacifistes, nouer des partenariats commerciaux et rappeler aux arrivistes montant leurs dragons que la Harpie tient la place depuis des millénaires... et qu'il en sera encore ainsi pour les siècles à venir.

II.La Guivre doit également œuvrer avec subtilité pour neutraliser au maximum la République valyrienne. Celle-ci est une machine bien huilée mais elle a des failles : un Sénat corrompu, des différences culturelles majeures au sein du peuple, l'absence d'un culte d'État fragilisant la société, une arrivée massive d'esclaves revêches et des geôliers inexpérimentés... si elle joue bien son rôle, Vastraya pourrait bien être - et certains diraient qu'elle devrait bien être - un rouage central de déstabilisation de Valyria. Ou tout du moins devrait-elle faire tout son possible pour canaliser la soif de conquête des Valyriens vers d'autres peuples que le sien.

III. En tout état de cause, Vastraya doit également penser à sa propre position. Son poste est convoité par la cour impériale et elle doit réussir à se faire apprécier par les Valyriens. Les mortels ennemis de son peuple sont pour elle les meilleurs alliés pour qu'elle puisse bâtir dans cette cité puant la nouveauté d'à peine un petit millénaire d'existence un nouveau bastion d'influence pour sécuriser la destinée de son nom.


ADHARA NAHRAM L'esclave en fuite Ainsi donc, la meurtrière de son cousin a trouvé refuge chez les Valyriens... Ce n'est évidemment pas surprenant et Vastraya est une femme elle-même pragmatique. Toutefois, on ne peut défier les Amasis sans en payer le prix. Adhara semble remarquablement bien (trop?) intégrée dans la haute-société valyrienne. C'est évidemment une façon de parler, mais la Guivre elle-même ne fréquente pas les ténors de la faction mercantiliste avec autant d'assiduité qu'Adhara. Si l'ancienne esclave doit être pardonnée, il faudra qu'elle se rende utile pour la Guivre et, par extension, pour la Harpie. Sinon... Eh bien sinon, il sera toujours temps d'appliquer le venin jaillissant des crochets du serpent d'Astapor.  

LISSEINE MARSSEI Une connaissance de longue date respectée Vatraya n'aurait jamais imaginé que cette jeune esclave férue de poésie se retrouverait dans la position qu'elle occupe aujourd'hui. Si la Guivre a conservé un profond respect pour la reine pirate, son ascension, sa chute et sa façon de s'en remettre, elle sait qu'elle a désormais face à elle une ennemie décidée. Lisseine est un atout dans la main des Valyriens. À moins de trouver une façon de traiter avec elle, l'ambassadrice du Vieil Empire doit désormais considérer son ancienne protégée comme une cible de première importance au sein de la République... ou bien une alliée de poids, si elle parvient à trouver les mots justes.

KHYZAI SKAZADHAN   L'étrange parasite venu de l'Empire Si on lui avait dit qu'elle retrouverait à Valyria un Lazarhéen, Vastraya aurait probablement ri au nez de son interlocuteur. Or, Khyzai est un sujet de la Harpie mais il est en plus parfaitement intégré dans la communauté cosmopolite des marchands de tous horizons qui peuplent Valyria à l'année. Si Vastraya pouvait comprendre les objectifs qu'il poursuit, il y aurait peut-être une grande opportunité pour elle de l'utiliser comme auxiliaire utile.

MALTHAR XORAQ   Le rival en influence et en objectifs Ni Vastraya, ni son empereur ne voient d'un bon œil le rapprochement s'opérant entre la République valyrienne et les principautés des Îles d'Été. Plus le temps passe, plus Vastraya comprend que Malthar est là pour lui mettre des bâtons dans les roues. Malgré leurs objectifs contraires, Vastraya respecte le diplomate averti qu'est sa contrepartie estivienne. Il lui revient désormais d'apaiser les choses avec lui et le convaincre de ne pas poursuivre davantage le rapprochement avec Valyria.

Arrax
Arrax
Admin

Voir le profil de l'utilisateur https://rise-of-valyria.forumactif.com
Malthar Xoraq ft. Idris Elba
Situation actuelle du personnage : Jadis marchand et capitaine de marine, désormais ambassadeur dans la plus formidable cité du monde, Malthar a fait du chemin depuis sa jeunesse. S'il est aujourd'hui parfaitement dans son élément à Valyria, il ne perd pas (trop) de vue sa mission principale qui est de cimenter une relation durable entre le Dragon et les Iles d'Été tout en isolant Ghis le plus possible sur la scène diplomatique. Entre ombres et lumières, sa vie parmi les Valyriens s'annonce trépidante.
avatar
Titres : Ambassadeur des Iles d’Eté auprès de la République de Valyria
Âge : 46 ans
Lieu de naissance : Tête d’Ebène, la grande ville au sud-ouest de l’île de Jhala, la plus grande des Iles d’Eté
Situation maritale : Veuf deux fois, la seconde tout récemment, il entretient un certain nombre de maîtresses, dont il a eu plusieurs enfants, ce qui, aux yeux des estiviens, est tout à fait naturel.
Statut du sang : Inapte
Groupe : Etrangers
Caractère :
D'un calme olympien •  Séducteur •  Polyglotte •  Avare •  Diplomate •  Casse-cou •  Aventureux •  Calculateur

Crédits gif & avatar : Arte

Malthar Xoraq est né dans une riche famille estivienne de Tête d’Ebène, troisième enfant d’une longue lignée d’artisans connus pour leurs arcs en orcoeur, un bois très rare qui fait la fierté des Iles d’Eté et est considéré comme un trésor traditionnel. Fournisseurs exclusifs du prince de Jhala, le plus puissant des princes estiviens, les Xoraq occupaient une place de plus en plus prépondérante au sein de sa cour, qui leur attira bien des jalousies.

Le jeune Malthar révéla cependant des aptitudes toutes autres très vite. Irrésistiblement attiré par la mer et ses embruns, excellent nageur, fier navigateur, conscient également de ne pas avoir les qualités pour rivaliser avec ses autres frères et sœurs pour aider au commerce familial, il s’engagea à quinze ans comme matelot sur l’un des célèbres bateaux-cygnes des Iles d’Eté, réputés pour être les navires les plus rapides du monde connu, au service d’une compagnie commerciale qui avait commencé à s’implanter en Essos. Pendant des années, il gravit les échelons, jusqu’à obtenir de commander son propre navire. Il a parcouru les murs jusqu’en Ibben, découvrant les côtes sud de Westeros, longeant celles hantées de Sothoryos, et poussant jusqu’à Andalos.

Ce fut là qu’il rencontra sa première épouse, la fille d’un orfèvre. Le coup de foudre fut immédiat, le succès de l’union auprès de la belle-famille beaucoup moins. Bon gré mal gré, car le paternel n’était pas mauvais bougre, et parce que le prétendant offrait un vrai pont d’or pour contracter mariage selon les coutumes andales, les tourtereaux purent convoler.
Le bonheur fut de courte durée. Arrivée dans les Iles d’Eté, l’aimée enceinte contracta une maladie pulmonaire et mourut peu de temps après avoir donné naissance à un fils, le premier de Malthar, la prunelle de ses yeux. Ebranlé par le deuil, il repartit vite sur les flots, confiant cet enfant à la double ascendance à l’une de ses sœurs. Capitaine intrépidité, explorateur vaillant, négociateur habile, il fit la fortune de ses employeurs, et bientôt la sienne, au point de fonder sa propre compagnie commerciale. Il parvint même en Yi-Ti et réussit, fait exceptionnel pour un étranger, à arracher un accord pour vendre de la soie. Extrêmement lucratif, ce négoce acheva de le rendre riche.

Quand il revint enfin à Jhala, celui qui était surnommé « Trompe-les-flots », devenu presque une légende parmi les siens, chercha à s’établir plus sereinement et à renouer avec son fils, qui avait désormais bien grandi. Le Prince, en difficulté financière, lui proposa sa sœur en mariage contre un renflouement financier important. L’affaire fut conclue, et les nouveaux mariés apprirent à se connaître, et aussi à connaître les amants et amantes de chacun, comme il était normal dans les Iles d’Eté. Son épouse avait trois enfants de deux amants, qu’il accueillit comme les siens. Lui-même avait semé quelques gamins au gré de ses voyages, et la famille continua de s’agrandir avec les deux filles qu’elle lui donna, et celle qu’il eut d’une jeune fille de la cour, passion éphémère mais sincère.

Personnage puissant, il se plaça comme le choix le plus raisonné quand les différents princes des Iles d’Eté s’accordèrent pour nommer un ambassadeur commun à Valyria, constatant les liens commerciaux grandissants et prospères avec la République, ainsi que sa force de plus en plus évidente. En conflit larvé avec les ghiscaris depuis des siècles, les estiviens voyaient là le moyen idéal de bénéficier d’un appui … voire d’un état-tampon fort utile. Or, Malthar avait déjà été à de nombreuses reprises dans la péninsule, et connaissaient de nombreuses familles occupant de solides places parmi les guildes commerçantes et au Sénat. Il était tout désigné. L’aventure le tentait.

Contrairement à d’autres ambassadeurs, les mœurs valyriennes ne heurtèrent guère le placide Malthar. Leur libéralité sexuelle faisait écho aux coutumes estiviennes, et si leurs mariages incestueux le laissaient perplexe, il s’intégra sans mal aux cérémonies de la haute-société valyrienne, y brillant autant par sa verve et ses histoires de vieux loup de mer que par sa séduction tranquille.

Quand Valyria déclara la guerre à l’Empire Ghiscari, il y vit l’occasion tant attendue par son peuple, et s’employa autant que possible à soutenir la République, en négociant discrètement des exportations d’armes et autres biens. La victoire des valyriens le ravit. Quant à l’importation de l’esclavage, ma foi, tant qu’il restait circonscrit à la péninsule …

Le Grand Effondrement fut cependant une épreuve douloureuse, puisque sa femme n’y survécut pas, ce qui manqua créer une crise diplomatique de grande ampleur avec Jhala, et par extension l’ensemble des Iles d’Eté. Ironie atroce, Malthar a conscience qu’il doit apaiser au plus vite les tensions entre son beau-frère et le Sénat valyrien, alors qu’il est le veuf endeuillé. Mais il a conscience que les Iles d’Eté ont besoin de Valyria, et son sens du devoir le pousse à demeurer ce roc inflexible qu’il a toujours été.

Le meurtre de Lucerys Arlaeron par ce qui est attesté comme une arbalète ghiscarie a renforcé la certitude de Malthar qu'une alliance est possible avec Valyria. Bien qu'il est démarché par les Bleus qui souhaitent une alliance avec les Iles d'Été pour décourager Ghis d'attaquer, il soutient les Rouges car il souhaite une guerre contre la Harpie.

Chronologie de Malthar Xoraq depuis le Triomphe de Valyria:

Pistes d'évolution
I. Malthar peut chercher à sécuriser sa position autant envers son ex-beau-frère et le reste des princes estiviens qu’au sein de Valyria en appuyant un rapprochement croissant entre les Iles et la République, et en se rendant ainsi indispensable en tant que seul interlocuteur valable. Il pourrait également contracter un nouveau mariage ou trouver les bonnes maîtresses pour tisser des liens informels qui lui seraient profitables.
II. Ebranlé par la perte de son épouse, Malthar aimerait comprendre les raisons du Grand Effondrement, et ainsi enquêter de son côté sur cet événement que certains considèrent comme non-naturel. A ce titre, il pourrait être contacté ou contacter d’autres forces qui cherchent des réponses … et espérer ainsi venger sa femme.
III. En raison de l’animosité entre Ghis et les Iles d’Eté, Malthar peut tenter de se mêler au jeu politique du Sénat, en se rapprochant par exemple de la faction militariste ou en essayant de proposer des accords plus profitables aux mercantilistes qui lorgnent sur les possibilités ouvertes par la paix signée entre Valyria et le Vieil Empire.

VASTRAYA AMASIS La dangereuse servante de l'Empereur Arrivé à Valyria avec bien des ambitions pour le rapprochement de la République et du peuple Estivien, Malthar a rapidement compris que la représentante de Ghis serait une dangereuse rivale. Elle est une femme retorse et d'une redoutable intelligence et Malthar fait en sorte de ne jamais la sous-estimer car elle a tout intérêt à le voir échouer dans ses efforts visant à nouer une relation plus développée entre les Valyriens et les Estiviens.

LISSEINE MARSSEI Celle qui mérite d'être Estivienne Retrouver Lisseine à Valyria a été une excellente surprise pour Malthar qui se souvenait avec précision de leur dernière rencontre. Par sa fureur de vivre, son amour de la mer et sa sensualité, Lisseine est faite pour vivre à la mode estivienne. S'ils ont désormais chacun leurs objectifs, Malthar ne doute pas que la fureur qu'entretient Lisseine envers Ghis peut lui être plus qu'utile pour se rapprocher d'elle.

ASHINA KUWA La mystérieuse fille de l'Orient Ashina dégage une forme de majesté que Malthar a toujours su reconnaître et apprécier. En qualité d'étrangers, ils ont tous les deux pu s'entendre sur bien des sujets. Dire qu'ils sont amis serait prématuré tant leurs cultures divergent, mais ils ont une forme d'entente cordiale qui est rafraîchissante. Reste à savoir s'ils pourront faire converger leurs ambitions au niveau diplomatique.

Arrax
Arrax
Admin

Voir le profil de l'utilisateur https://rise-of-valyria.forumactif.com
Khyzai Skazadhanft. Mahesh Jadu
Situation actuelle du personnage : Aujourd'hui, Khyzai est un allié de choix de la guilde des Tisserands. Bien que peu fortunée et manquant d'influence, cette Guilde représente pour le Lhazareen la promesse de jours plus glorieux. Elle est une couverture idéale, renforçant ce rôle de marchand qu'il a endossé il y a maintenant des années. Il représente un intermédiaire de choix entre les valyriens et le modeste peuple lhazareen, notamment pour le commerce de la laine. Mais qu'on ne s'y trompe pas : le commerce n'est qu'une étape, le meilleur reste à venir.

Titres : Aucun titre, tout au plus un surnom resté sur ses terres natales et dont il ne se vanterait guère... "Le Scélérat".
Âge : 40 ans
Lieu de naissance : Un village perdu au cœur des plaines de Lhazar, village autrefois perdu à présent disparu.
Situation maritale : Sa situation dépend du nom évoqué, car l'homme en a plusieurs. Khyzai, est marié à une femme, Rahya, laissée à Lhazar.
Statut du sang : Inapte
Groupe : Marchand
Caractère :
Affable • Secret • Excellent négociateur • Maître de lui-même • Calculateur • Séducteur • Violent • Prédateur

Crédits gif & avatar : Droits réservés

Le Pâtre Suprême a dit : "Tout homme est l'ouaille d'un troupeau formé par une humanité pacifique. En paix tu m'honoreras, pour la Paix tu vivras." Voilà les préceptes qui guident les Lhazaréens, peuple de bergers habitant de modestes villages au coeur des grands pâturages de l'Est. C'est en fils de ce peuple qu'un jour naquît Khyzai Skazadhan, du moins celui que l'on appelle ainsi à présent. Fils du chef de son village, situé non loin de la cité de Hesh. L'homme fut élevé dans le culte de ce Pâtre Suprême, lui fut enseigné le respect de cette nature nourricière, de ces bêtes qu'on ne mangeait pas, et la peur de ces démons à cheval qui cherchaient à enchaîner ceux qui ne pouvaient se défendre. Oui, Khyzai était né lhazaréen, mais comme pour toute règle, vient un jour une exception. Khyzai n'était pas un chantre de la paix, c'était la violence qui marquerait son destin.

A ceux qui se questionnaient, il ne répondait rien. Qu'y avait-il à répondre ? Ceux qui savaient n'étaient plus, et Khyzai lui-même avait recouvert ses souvenirs d'un voile opaque pour ne plus les affronter. On ne naît pas traitre, le monde nous transforme. Khyzai avait été changé. Il était trop jeune lorsqu'il avait vu le sang et entendu les cris. Il avait senti l'odeur de la mort et celle-ci s'était ancrée en lui. Il était un agneau, et il comprit que le monde n'était pas construit pour ceux de son espèce. Il avait vu son village décimé, sa famille disparaître, et des survivants il était le plus jeune, protégé par sa mère qui avait eu le bon sens de se cacher avant l'arrivée de la horde. Il dut grandir dans ce même village, retrouver, chaque jour sur son chemin, les traces de l'ignominie. Il devait se rappeler, chaque fois, les supplications d'un père voué à mourir esclave, les hurlements d'une soeur dont le corps devenait champ de bataille... Ce n'est qu'en cessant d'être Khyzai, qu'il cessa de souffrir. Et c'est lorsqu'il cessa de souffrir, qu'il perdit la trace de sa singulière humanité. Contre la souffrance, il ne pouvait opposer qu'un coeur froid. Contre le destin, il ne pouvait que combattre pour le pouvoir et la gloire. Contre la froide indifférence qui avait glacé son coeur, il ne pouvait que rechercher l'excitation et l'adrénaline... et quoi de plus excitant que la violence et la possession ?

Très vite, la différence de l'homme avec son peuple ne put plus passer inaperçu, d'aucun prétendaient même qu'il était le fruit d'une union forcée entre sa pauvre mère et un Dothraki. Une histoire aussi peu probable que répétée par Khyzai lui-même tant il y trouvait son compte. Mais dès lors, qui est-il vraiment ? Des mains tâchées de sang. Un corps marqué par la violence. Un esprit aveuglé par la grandeur. Il y eu la première traitrise, des vies sacrifiées au nom de la survie selon lui, sur l'autel de son ambition pour d'autres. La fuite avait été sa seule option. L'homme était intelligent et déterminé, plus ambitieux qu'aurait du l'être l'un des siens, et avoir survécu à la barbarie tant de fois dans sa vie lui avait donné la rage de vaincre. Avant tout, vaincre ce destin qui le voulait pacifique et modeste.

De trahison en trahison, d'identité en identité, il devint Khyzai. De trahisons en alliances, principalement avec quelques marchands Ghiscari, il parvint à se tailler la part du lion dans la patrie de l'agneau. Il ne serait plus proie, plus jamais.

Dès lors, pourquoi Valyria ? Quoi de plus naturel pour le mouton devenu lion que de rejoindre ces moutons devenus dragons ? Grâce à son commerce de la laine, l'homme trouva rapidement une porte vers la République qui commençait à concurrence la puissance du Vieil Empire. La porte était petite, modeste, pour certains ridicules, mais c'était méconnaître Khyzai. Il parvint à se rapprocher de la Guilde des Tisserands, qui l'accueillit les bras ouverts. Il découvrit un groupe de peu de moyens et de peu d'ambitions, mais possédant une influence non négligeable sur les petites gens. Contre toute attente, ce n'est pas vers les familles valyriennes qu'il s'est tourné, c'est aux côtés d'une étrangère qu'il prospère. Khyzai s'est taillé une place de choix dans l'entourage d'Amaya Huzor. Les murmures vont bon train, comment se connaissent-ils ? L'aurait-il charmée ? Il semblerait qu'un lien secret unisse les deux étrangers.

Que recherche Khyzai ? La fortune ? La gloire ? Un commerce florissant avec la République valyrienne? La fierté de serrer dans ses bras et entre ses cuisses les beautés valyriennes qui n'auraient, auparavant, jamais daigné poser les yeux sur cet homme d'un peuple ridiculement pacifique ? Il veut tout cela. Tout en même temps mais ce qu'il veut par dessus tout tient en un mot, simple, brut, violent.

Le chaos.

Et ce chaos, il l'a trouvé à Valyria lors de la mort de Lucerys Arlaeron. Depuis, il soutient ardemment Valerion Qoherys et les Jaunes.

Chronologie de Khyzai Skazadhan depuis le Triomphe de Valyria:


Pistes d'évolution
Les pistes d'évolution de Khyzai sont intimement liées à ce qu'il considère comme sa mission :

I.Le Sénat. Khyzai est un conquérant, du moins c'est ainsi qu'il veut se voir. Il pourrait vouloir gagner en influence auprès d'autres guildes, amasser fortune, mais surtout tirer partie de ses connexions ghiscari. C'est au travers des guildes et de leurs liens étroits avec les factions du Sénat que l'homme pourra participer à l'instauration d'un nouvel ordre chaotique à Valyria.

II.La noblesse. C'est une femme qui a mené Khyzai à Valyria, c'est une autre femme qui lui assure confort et une intégration dans la société valyrienne. C'est par les femmes, et leur naïveté, la bonté naturelle de leur coeur, qu'il parviendra à ses fins. Khyzai pourrait chercher à étendre son influence auprès de ces cercles au travers d'une lucrative affaire d'étoffes. La laine est une chose, la délicatesse des étoffes qu'il serait capable d'amener de contrées lointaine en est une autre. Une affaire qui, il le sait déjà, recevrait tout le soutien de l'Ambassadrice du Royaume de Sarnor.

III.Le peuple. Au-delà des femmes privilégiées, c'est auprès du peuple que Khyzai pourrait agir. Il n'y a rien de plus efficace pour le chaos, qu'un peuple correctement utilisé. La Guilde des Tisserands n'est guère glorieuse, mais sa modestie lui a taillé une solide réputation auprès d'un peuple appauvri par la guerre. Et les liens politiques ne tardent pas à venir... Il se murmurent que les Populistes s'agitent. Le peuple contre le Sénat ? Un pari auquel Khyzai est prêt à souscrire.


Amaya Huzor La princesse de Sarnor Rien ne prédestinait un homme comme Khyzai à rencontrer Amaya Huzor. La princesse et ambassadrice de Sarnor n'est pas de celles qui baissent les yeux en direction des plus petits. Mais Khyzai n'était plus petit lorsque les deux se sont rencontrés. Hasard des connaissances et de la nécessité, ils ont lié une alliance à défaut d'une entente. Khyzai sait ce qu'il doit à la Princesse, et il sait ce qu'elle attend de lui. Le reste : comment, quand, pourquoi, tout cela n'a aucune importance.

Jaeganon Velaryon Le puissant fou C'est un sénateur populiste, proche d'un des membres de la Guilde des tisserands qui a introduit Khyzai au Grand Prêtre d'Arrax. Le lhazaréen n'est guère religieux, élevé dans le culte d'un soit disant "Mouton Divin" comme il aime s'en moquer, il considère les Dieux comme une farce. Mais.... ce Grand Prêtre sait parler. Il sait se faire écouter. Et surtout il sait toucher le peuple tout en cultivant des liens hautement politique. La prise de contact a été brève, mais Khyzai compte bien se rapprocher de ce fou, au risque de se brûler.  

Arrax
Arrax
Admin

Voir le profil de l'utilisateur https://rise-of-valyria.forumactif.com
Lisseine Marssei ft. Ashley Madekwe
Situation actuelle du personnage : Portant sur ses épaules la stratégie ambitieuse de son amant de mettre sur pied une flotte de corsaires pillant les navires ennemis et neutres pour le profit de la République, l'ancienne reine pirate qui a jadis semé la terreur dans les mers du Sud doit désormais marcher sur un fil et faire attention à trouver où mener des raids avec succès... Faute de quoi, elle risque bien vite de retrouver sa condition d'esclave. Voire la corde de la potence.
avatar
Titres : corsaire pour la République valyrienne, ancienne reine pirate, surnommée la Reine Corsaire par ses admirateurs, et la Traîtresse, la Reine Putain et l'Indigne par ses ennemis et anciens alliés
Âge : 37 ans
Lieu de naissance : Un petit village sur le l’île de Naath
Situation maritale : Officiellement célibataire, elle est l’amante de Daenar Valineon et en est passionnément éprise
Statut du sang : Inapte
Groupe : Etrangers
Caractère :
Fougueuse •  Vengeresse •  Esprit libre •  Cruelle •  Pragmatique •  Passionnée •  Emportée •  Charismatique

Crédits gif & avatar : Arte

Née sur l’île de Naath, ce havre de paix et de tranquillité, Lisseine connut très jeune le sort de bon nombre de naathis, en étant capturée par un raid d’esclavagistes de l’Empire ghiscari. Séparée de sa famille, elle connut le pire entre les mains d’une famille de nobles du Vieil Empire particulièrement cruelle envers ses esclaves, et dut s’endurcir considérablement pour survivre, la rage au cœur et la liberté au bord des lèvres.

A quinze ans, l’un des fils de la famille la prit comme concubine, à son grand dégoût. Mais, dans ces étreintes qui n’en finissaient pas, elle mûrissait ses plans, se jurant cependant de ne jamais porter le fruit de cette union. Elle tint parole, se procurant ce qui était nécessaire pour interrompre les grossesses chaque fois que cela fut nécessaire. Dans le même temps, elle séduisit l’un de ses hommes de main, qui nourrissait une hargne secrète envers le paltoquet depuis que ce dernier avait décidé d’ajouter à sa liste de maîtresses celle qui partageait la couche de son garde du corps. Erreur fatale. Une ultime nuit, Lisseine endura ses assauts. Avant de l’embrasser tendrement, de se glisser derrière lui, de mordiller son oreille … et de l’étrangler par derrière. Le forfait accompli, le garde lui permit de partir, et tous deux s’enfuirent à bord d’un bateau de contrebandiers payés en avance, qui les déposèrent dans une autre ville. Là, ils se firent engager par le premier équipage venu, décidé à partir toujours plus loin.

Ils y restèrent plusieurs années. La jeune femme, habile et endurante, se révéla une excellente navigatrice, et obtint rapidement une position importante sur le navire. Après un accrochage avec des pirates et la mort de leur capitaine, elle prit temporairement la tête des matelots, le temps de retourner au port. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle fut mise aux fers, l’armateur soupçonnant une querelle et ne croyant pas un mot de leurs explications, les accusant d’avoir perdu sa marchandise ! C’en fut trop. Elle s’évada, et avec quelques fidèles, vola ledit navire.

S’établissant à son propre compte, elle se fit pirate. Et le succès vint rapidement. Ses assauts, aussi sanglants que rapides, leur amenèrent vite la fortune. Elle y laissa son vieil amant, devenu au fil du temps un simple ami, puis son second. Seule, elle demeura, à la tête de ses hommes. Bientôt, elle se fit surnommer la Reine des Mers, et pour la première fois, les autres peuples apprirent à craindre une femme de Naath. Ironiquement, elle n’osa jamais débarquer chez les siens, consciente qu’ils rejetteraient son mode de vie. La cruauté du monde lui avait fait renoncer aux valeurs de son enfance. Tant pis. Elle avait survécu.

Ses années de rapine et de gloire prirent fin brutalement alors qu’elle commit l’erreur de s’en prendre à une galère valyrienne lourdement chargée. Le Sénat résolut de faire un exemple. Même tout son talent ne put empêcher une fin tragique. Capturée une nouvelle fois, elle impressionna néanmoins son vainqueur, l’Amiral Daenar Valineon, qui lui proposa un pacte : devenir non plus une pirate indépendante, mais une corsaire au service de Valyria, en échange de sa liberté, de revenus conséquents. Sa mission: piller les navires neutres qui ne sont pas protégés par la République sans laisser de survivants et exterminer tous les pirates indépendants qui gênent le commerce valyrien. Pourquoi refuser ? Eux ou d’autres … La Reine Pirate se fit Reine Corsaire.

Sa traîtrise ne passa pas inaperçu. Et si elle a réussi quelques attaques, envoyant par le fond d’anciens alliés, beaucoup rêvent de se venger et de lui rappeler le code de la piraterie : jamais de maître hormis le grand large. Ses employeurs s’impatient de son manque relatif de succès, même si elle bénéficie de la protection de Valineon, ce dernier étant autant déterminé à voir la stratégie qu’il a suggéré triompher que de conserver celle qui est désormais son amante auprès de lui. Leur passion est brûlante et interdite. Elle est pourtant, au même titre que la mer, le vrai souffle de la liberté qui continue d’enflammer le cœur de Lisseine.

Amante passionnée, combattante légendaire, Lisseine soutient la faction des Rouges car elle est persuadée qu'une guerre contre Ghis règlera bien des soucis.

Chronologie de Lisseine Marssei depuis le Triomphe de Valyria:


Pistes d'évolution
I. Lisseine doit impérativement assurer sa position pour éviter de se faire trahir par ses employeurs valyriens. Elle peut donc tenter de se rapprocher d’autres marins et de la hiérarchie maritime valyrienne, voire tenter de l’intégrer, ce qui serait une première. Elle peut aussi essayer de raviver d’anciens contacts et de vieilles dettes pour obtenir des informations et continuer à traquer ses anciens alliés pirates.
II. Eperdument éprise de Daenar Valineon, qui le lui rend bien, elle pourrait être tentée de le pousser à se débarrasser de sa femme, et prendre sa place, en dépit des différences importantes de statut et de son statut de femme pirate étrangère. Il a déjà des enfants de sang pur, la seule chose qui intéresse les valyriens, le reste n’a pas d’importance, n’est-ce pas ? Quitte à s’impliquer dans les querelles familiales des Valineon, et rendre de précieux services à son amant.
III. Sa détestation des Ghiscaris risque de la pousser à influencer son amiral d’amant pour soutenir une politique énergique à leur égard. Elle pourrait également laisser la rage l’envahir et attaquer des vaisseaux ghiscaris, quitte à sombrer avec eux … ou à habilement provoquer une nouvelle crise en prétextant une agression.

Daenar Valineon Amant et amour passionné Il est celui qui l’a vaincu, sur les mers. Il est aussi l’un des meilleurs navigateurs qu’elle connaisse, un homme intelligent, rugueux, qui ne mâche pas ses mots. Leurs expériences sont aux antipodes. Leurs caractères s’entrechoquent violemment. Mais ils se respectent. Et de ce respect, allié à une attirance physique indéniable est née une passion brûlante qui dure, contre toute attente. Le secret, mal gardé, fait jaser Valyria, mais pour le moment, aucun des amants n'en a cure. Leur amour, aussi explosif qu’il soit, est sincère. Et la légende de l’Amiral et de la Reine Pirate a déjà fait naître moult ballades dans les tavernes valyriennes. Pour autant, Lisseine commence à désirer plus, surtout que Daenar n’est pas heureux avec son épouse. Elle saurait bien mieux le seconder, être digne de l’héritage des Valineon. A eux deux, ils pourraient conquérir le monde. Ce mariage n’est qu’un minuscule caillou dans leur chaussure … ainsi que le scandale qui résulterait de l’union entre un homme de son rang et une étrangère ancienne esclave et pirate.

Malthar Xoraq Vieille connaissance, ancien amant, allié potentiel Lisseine a croisé la route de Malthar Xoraq pour la première fois quand ce dernier était à la fin de sa carrière de navigateur, et elle au début de la sienne. Tous deux engagés par la même compagnie commerciale, ils ont échangé longuement, et célébré à la manière estivienne le succès de leurs missions respectives : dans le stupre. Ironiquement, leur seconde rencontre eut lieu quelques années plus tard, quand Lisseine tenta d’arraisonner le navire diplomatique de l’ambassadeur. Mal lui en pris : elle dut prendre la fuite, non sans avoir été reconnue. Malthar ne donna pas la chasse. Et voilà que désormais, ils se retrouvent à Valyria, chacun pour leurs intérêts. Et ils se tournent vers les mêmes objectifs : assurer leurs places … et griffer l’Empire Ghiscari autant que possible.

Vastraya Amasis Ancienne bienfaitrice admirée, désormais ennemie respectée Lisseine a croisé Vastraya dans sa jeunesse, lors d’une réception organisée par la famille qu’elle servait et à laquelle l’Amasis avait paru. Tandis qu’elle déclamait un poème à la demande de ses maîtres, la ghiscarie lui a demandé, à la fin, de lui en donner le sens. C’en est suivi, la peur au ventre, une discussion de haute volée. Le souvenir est resté dans sa mémoire. A la fin, discrètement, l’Amasis lui a fait porter un panier de fruits frais, avec, enfoui sous ces derniers pour ne pas attirer, un feuillet de quelques poésies écrites de sa main. C’est peut-être la seule personne de l’Empire Ghiscari que Lisseine peut respecter et apprécier. C’est aussi celle qui menace ses envies de vengeance, à tisser sa toile dans Valyria pour assurer cette paix précaire entre le Vieil Empire et la République. Vastraya ne doit pas réussir. A moins qu’elle ne l’aide à obtenir ce qu’elle désire : sa liberté et Daenar, en échange de son soutien ?

Arrax
Arrax
Admin

Voir le profil de l'utilisateur https://rise-of-valyria.forumactif.com
La famille à laquelle Ashina appartient désormais est laissée à votre discrétion. Pour des raisons de cohérence, nous vous conseillons cependant de partir sur une famille noble, ou marchande, du Nord ou du Centre de Valyria. Pour le reste, vous êtes libres de choisir les membres qui composeraient l'entourage d'Ashina. Ambassadeurs et Étrangers (6/6 libres) 2991234872

Ashina Kuwaft. Zhu Zhu
Situation actuelle du personnage : Ashina a vécu une enfance dorée, à Yi-Ti. Quoi de plus normal, pour une fille de roi, d’Empereur, même ? Hélas, elle n’était la fille que d’une concubine, l’une si ce n’est la préférée de son auguste père. Aussi ne porta-t-elle jamais le titre de Princesse, bien qu’elle reçu tous les égards dus à un tel rang. Tout cela aurait pu durer bien longtemps encore, si ce père bien aimé, vénérable, n’avait pas trouvé la mort alors qu’elle n’était qu’une jeune femme. Ashina fut de celles qui s’opposèrent à son demi-frère, sa mère tentant de mettre sur le trône son fils unique. Une trahison qui aurait du être purgée par la mort. Mais le demi-frère d'Ashina, devenu Empereur-Dieu à son tour, en décida autrement. La jeune femme vivrait une vie loin de ses terres natales, parmi les dragons. Un lieu dont Ashina ne connaissait rien et qui devint pourtant tout ce qu’elle avait jusqu’au jour où son demi-frère lui fit part d’une proposition qu’elle ne pouvait qu’accepter. Celle d’être sa Voix parmi les dragons ailés.
avatar
Titres : Ashina Kuwa, la Perle de Jade, fille de l’ancien Empereur-Dieu de Yi-Ti, Princesse déchue de Yi-Ti, demi-sœur de l’Empereur-Dieu actuel, Dame de Valyria de part son mariage et désormais ambassadrice de Yi-Ti.
Âge : 34 ans.
Lieu de naissance : A Yin, Capitale de l’Empire Doré de Yi-Ti, dans le sérail de feu l’Empereur-Dieu de Yi-Ti.
Situation maritale : Mariée à un Valyrien de noble lignage, dont elle du tout apprendre après leurs épousailles.
Statut du sang : Inapte, diraient les uns. Dans les faits, Ashina porte en elle un sang d’origine royale.
Groupe : Etrangers
Caractère :
Résilente •  Calculatrice •  Observatrice •  Revancharde • Éloquente •  Ambitieuse •  Pugnace •  Pragmatique.

Crédits gif & avatar : Fassylover (avatar) / herorps, cortegiania, andromedagifs, marvelgifs et marlosrph ( Gif’s. )

Ashina. Un nom lourd de sens. Glorieux même, car porté par tant de Princesses Impériales avant elle. Hélas, Ashina n’était point Princesse. Si aux yeux de son père, l’Empereur-Dieu de Yi-Ti, cette nuance n’existait guère, très tôt, Ashina eut très tôt conscience de cette différence de rang qui la séparait des filles légitimes de son père. Aussi, durant toute son enfance, fut-elle princesse de cœur, et non de rang. Telle était le présent que son père faisait à la fille qu’il avait eu avec l’une de ses concubines préférées.


Ashina eut une existence pour le moins oisive, dans les deux premières décennies de sa vie. Une existence qu’elle passa dans le sérail où elle avait vu le jour, profitant des égards dus à son rang. Profitant également du fait qu’elle n’était qu’une fille parmi tant d’autres, de sang impérial mais impur aux yeux de ses propres sœurs. Princesse, Ashina ne l’était que dans les cœurs. Une petite Perle de Jade au milieu de perles d’or, de jaspe et d’émeraude.  

La jeune femme ne sortit de son oisiveté qu’au moment où les Dieux rappelèrent son père à eux. Un père qu’elle avait aimé plus que tout au monde. Un père qui la laissait seule dans cette fosse aux lions. Plus d’un homme espérait le remplacer, parmi les nombreux fils qu’il avait eu de ses différentes unions. Ashina ne pouvait que prendre le parti de son propre frère, dans cette rébellion généralisée. Ce fut là son premier acte politique à Yi-Ti. Son dernier également. Car si son propre frère sembla l’emporter, leur frère légitime, le dernier fils que leur père avait eu de son épouse légitime, parvint à le faire assassiner alors que la situation s'était apaisée.

Dès lors, Ashina n’avait plus qu’une mort rapide à espérer. Une mort qui ne vint pas, cependant là où sa mère n’avait pu être que dûment exécutée. Ashina vivrait, son demi-frère s’en assurerait. Il ne fallait pas tuer la Perle de Jade, cette jeune femme qui avait su se faire apprécier des foules. Jamais elle ne reverrait Yi-Ti, cependant, où elle avait su haranguer foules et nobles pour les ranger du côté de son frère. Ashina vivrait donc. A Valyria, parmi ces dragons ailés qu’elle n’avait encore jamais aperçu. Donc elle ne parlait même pas la langue, ni ne comprenait les coutumes.


Une punition qu’Ashina accepta dignement. En façade du moins. Car si son époux ne se montra pas violent, la jeune femme ne parlait point sa langue, ne parvenait pas à se faire à cette étuve dans laquelle elle vivait désormais. Il lui fallut des années d’efforts pour se faire une place dans cette société, pour s’en faire accepter. Pour en faire accepter ses enfants également, aux traits si particuliers aux yeux des Valyriens. Aussi devient-elle une épouse avisée, bien que restant une étrangère aux yeux de bien des personnes.

Yi-Ti semblait l’avoir oubliée, malgré les lettres que certains de ses proches, chargés de sa surveillance, envoyaient à son demi-frère. Valyria était désormais sa demeure. Une demeure qu’Ashina avait appris à apprécier, dont elle connaissait désormais les rouages. Elle ne put qu’être surprise lorsqu’une lettre écrite dans sa langue natale lui parvint, peu de temps après la fin de la guerre contre Ghis. Son demi-frère la rappelait à ses devoirs de sœur, l’une des seules qui lui restait désormais, semble-t-il. Une sœur qui devait désormais être sa voix à Valyria. Celle de Yi-Ti, de cette terre dont elle avait tant espéré retrouver les rivages et les paysages.

Ashina ne souhaite pas la guerre et souhaite protéger les siens. Le retour à une République apaisée est son souhait le plus cher, elle soutient donc les Bleus.

Chronologie d'Ashina Kuwa depuis le Triomphe de Valyria:

Pistes d'évolution
I. Ashina, désormais ambassadrice de Yi-Ti à Valyria, peut voir en ce rôle une manière de se rapprocher de ses origines et de sa famille restée au pays. Elle peut également profiter de sa nouvelle position pour tenter d’obtenir réparation pour sa perte de statut à Yi-Ti, des richesses qui allaient de paire avec ce statut ou pour imposer la famille de son époux sur la scène politique valyrienne en générale.
II. Au fil des années, Ashina n’a pas oublié ses idées de vengeance, après la mort de sa mère et de son frère. Aussi, il peut lui sembler tout indiqué de jouer un double-jeu quant à son rôle d’ambassadrice à Valyria. Elle peut, dès lors, profiter de son récent pouvoir pour agir discrètement contre les volontés de son frère, ou déstabiliser l’entente cordiale qui règne désormais entre Valyria et Yi-Ti.
III. Ashina détonne dans la société valyrienne. Un fait dont la Yi-Tienne a parfaitement conscience. Aussi pourrait-elle en jouer, afin d’ancrer sa place dans cette société qui a peiné à l’accepter, dans un premier temps. Banquets exotiques, créatures venues du bout du monde, lettrés… Les moyens sont bien divers, pour briller. Et pour faire briller Yi-Ti, bien évidemment.

AEGANON BELLARYS Tentation Valyrienne. Aeganon fit partie de ces Valyriens que Maesella présenta à Ashina, afin de parfaire son intégration au sein de Valyria. Tout comme elle, l'homme portait le sceau d'origines singulières, aux yeux des Valyriens. Sans doute goûta-t-elle plusieurs fois aux plaisirs de la péninsule en compagnie du héros de la guerre contre Ghis. Un homme auquel elle sut également prêter une oreille attentive, tant ses propos pouvaient se révéler intéressants. Intéressants et coûteux également. Car toutes les bonnes informations, tous les bons mots, finissent par se payer.

MAESELLA NOHGARIS Main tendue. Dès son arrivée à Valyria il y a de cela plus de dix ans, Ashina du faire face à de nombreuses difficultés. La première n'était pas la moins importante, qui plus est. Car la jeune femme qu'elle était à cette époque ne parlait pas un mot de Valyrien. D'abord méfiante envers cette Prêtresse qui lui fut envoyée afin de parfaire son langage, craignant de ne voir en elle qu'un agent de son demi-frère, Ashina se découvrit petit à petit une alliée de poids dans ce monde qu'elle ne connaissait que trop peu. Une alliée qui lui permit d'obtenir ses entrées dans certains cercles assez fermés pour l'étrangère qu'elle était. Un dernier lien avec son ancienne vie également, de part les relations que la Grande Prêtresse entretenait avec ses terres d'origine. Une amie, peut-être ?

MALTHAR XORAQ Autre âme venue de loin. Bien des choses semblent opposer Malthar et Ashina. Fort est de constater que tous deux s'entendaient déjà fort bien avant même qu'Ashina n'accède au rang d'ambassadrice de Yi-Ti. Les histoires de l'homme ne pouvaient que la séduire, de même que les nombreux voyages qu'il avait effectué par le passé. Dès lors, la Yi-Tienne se montra être un grand soutien lorsque l'ambassadeur perdit son épouse, ne connaissant que trop bien la douleur de perdre un être aussi cher à son coeur. Quant à la politique... Leurs intérêts pourraient-ils converger ?

VASTRAYA AMASIS La Harpie de Ghis. Ghis et Yi-Ti. Deux Empires qui ne pouvaient que se regarder en chiens de faïence, avant même que Valyria ne s'oppose au premier d'entre eux. Une rivalité qui ne pouvait que survivre à Valyria, entre les représentantes de ces deux entités. Dès lors, Ashina ne peut que jauger avec prudence Vastraya. Si les Valyriens, au comble de leur puissance, semblent avoir occulté ce fait, la Yi-Tienne qu'elle est n'a pas oublié que le venin d'une Harpie est un poison lent et froid. Il y a-t-il assez de place à Valyria pour elles-deux ?

Contenu sponsorisé